Only God can judge me

Classé dans : Photographie | 0

Matthieu Gafsou est un photographe lausannois que j'ai découvert par hasard un jour au Musée de l'Elysée.

Je ne me rappelle même pas pour quelle expo j'étais allée là bas. Je sais juste que je ne me rappelle que de l'exposition de Matthieu:

Only God can judge me

L'exposition était au dernier étage du Musée et nous y sommes retrouvés sans aucune attente: nous n'avions jamais entendu parler de Matthieu.

Au final un merveilleux spectacle devant nos yeux: une série de photographies sur le monde de l'héroïne à Lausanne.

Matthieu Gafsou nous montre les scénarios de ce monde occulte comme si on était sous l'effet de la diamorphine. Une lumière jaune éclaire un parc et il nous donne l'impression d'être aux portes du Paradis. Parce-que qui a dit que les drogués vont à l'enfer ?

Only God can judge them

Matthieu Gafsou s'arrête sur les instruments: une bouteille de Coca-Cola remplie de seringues, des mouchoirs, des matelas, de petits sachets, du papier aluminium.

Ensuite il y a le sang, une goute de sang sur un bras de quelqu'un qui vient de se percer, du sang qui devient comme un bout de soie posé sur un canapé.

Et après il y a les tatouages: une épée devenue quasi grise, les signes du zodiaque, une balance:

Only God can judge me

Finalement il y a les visages de l'héroïne: des yeux qui te dévorent l'âme. Parce-que ton âme elle est pure et eux ce sont comme des diables fameliques.

Sick addicts
have an inalienable right
within society
which is that
they be left the hell alone

Bravo Matthieu pour ce merveilleux exercice de réflexion profonde sur TOUT ce qu'on JUGE trop rapidement.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laissez un commentaire